Photocopieurs et imprimantes : à quoi sert l’éco-contribution ?

L’éco-contribution est un financement solidaire payé par le consommateur au moment de l’achat d’un appareil, notamment les photocopieurs et les imprimantes. Elle vise au financement du circuit de collecte, dépollution, élimination et valorisation des déchets d’équipements électriques et électroniques (DEE ou D3E). Le consommateur prend ainsi en charge, par l’intermédiaire du producteur, une partie de la charge financière d’élimination des déchets qu’il génère.

Quels sont les déchets concernés ?

Les déchets d’équipements électriques et électroniques désignent tout ou partie d’appareils qui fonctionnent grâce à une prise électrique, une pile ou une batterie et qui sont arrivés en fin de vie. Les D3E sont répartis en plusieurs catégories, selon leur taille et leur usage. La catégorie 3 est spécifiquement réservée aux équipements informatiques et de télécommunications : photocopieurs, imprimantes, moniteurs, ordinateurs, tablettes… Trois entreprises, Ecologic, Eco-Systèmes et Recylum, peuvent prendre en charge la collecte et la valorisation des déchets d’équipements électriques et électroniques depuis le 1er janvier 2016, pour une période de six ans.

Quels sont les objectifs de l’éco-contribution ?

Le but premier de l’éco-contribution est de maîtriser l’impact sur l’environnement des substances dangereuses ou toxiques contenues dans les D3E. En 2015, 617 millions de tonnes de D3E ont été collectées en France. Les matériels de bureautique représentent 15 % de cette collecte. 55 % des produits collectés ont pu être recyclés ou réparés en vue de réemploi. Depuis 2010, cette quantité s’est accrue de 3 à 5 % par an. En 2020, les prévisions sont au doublement du volume de D3E de catégorie 3.

Comment est calculé le montant de l’éco-contribution ?

Le montant de l’éco-contribution est inclus au prix d’achat d’un appareil. Il est distinctement indiqué sur les étiquettes en magasin, ainsi que sur les factures. Le montant de la contribution est calculé en fonction d’un barème national, indexé sur le poids des matériaux. Payée par le consommateur, cette somme est reversée par le fabricant à un organisme agréé qui gère le recyclage. En moyenne, le coût est d’environ 0,52 euro par kilo de D3E, réparti comme suit : 74 % sont destinés au traitement des déchets, 14 % sont affectés au transport et 12 %, aux frais administratifs et d’information.