Imprimantes : la seconde vie des cartouches et toners

Chaque année, 11 millions de toners laser et 80 millions de cartouches à jet d’encre sont vendus sur le marché français. Les consommables d’imprimantes usagés contiennent des composants très toxiques pour l’environnement : plastique non biodégradable, oxyde de fer, résidus d’encres, ou encore arsenic et nitrate d’argent. Ils génèrent chaque année sur notre territoire près de 20 000 tonnes de déchets. Aujourd’hui, on estime qu’entre 60 et 75 % des cartouches et toner usagés sont collectés. Que deviennent ces déchets ? Comment sont-ils recyclés ?

Le circuit de recyclage

Les conditions de collecte, de transport et de recyclage des cartouches et toners usagés par les entreprises sont fixées par la loi. Selon le décret du 20 juillet 2005, chaque entreprise est ainsi responsable de ses déchets. Des bacs à collecte destinés aux consommables d’imprimante sont aujourd’hui présents dans la plupart des entreprises ou des grandes surfaces. Les cartouches et toners sont d’abord récupérés par les fabricants ou des organismes spécialisés. Il existe plusieurs filières de recyclage, par reconditionnement ou par valorisation.

La seconde vie des cartouches d’encre

Le recyclage des cartouches et toners permet de créer ce qu’on appelle « la matière première secondaire alternative », la fabrication de nouveaux objets ou la production d’énergie. Seulement 10 à 20 % des cartouches à jet d’encre sont réutilisées après nettoyage et rechargement par des entreprises de recyclage. Outre le silicium et les solvants, les cartouches sont en grande partie composées de plastique, rarement récupérés. Il existe une filière de valorisation énergétique des encres qui sont incinérées dans des installations spécifiques, avec récupération d’énergie.

 La seconde vie des toners

Plus des deux tiers des toners d’imprimantes sont collectés en vue d’être recyclés par des entreprises spécialisées. Parmi les toners laser collectés, 30 % sont re-manufacturés et 40 % sont valorisés.

L’opération de remanufacturation consiste à vider la cartouche par aspiration du toner. Elle est ensuite nettoyée, testée, puis on y insère une nouvelle dose d’encre. La valorisation des toners s’effectue pour près de 20 % énergétiquement : cela consiste à vider l’encre contenue dans les cartouches et le toner, puis à les incinérer. L’énergie dégagée est récupérée sous forme de vapeur ou d’électricité.